Un manège géant qui fait rêver

logo le fgaro le 22 juillet 2008 - Lena Lutaud

Insectes et buffles géants sont les héros de la nouvelle création du scénographe François Delaroziére. Une spectaculairattraction qui fait sensation à Sénart, au sud de Paris.

ZZ-ZZZ, ZZZ-ZZZ » … Quatre libellules géantes frottent leurs ailes et grimpent le long des mâts en acier. C’est le signal de départ. Planté au coeur des champs à 30 kilomètres au sud-est de Paris, le gigantesque manège rouge s’ébranle. Juchés sur des buffles plus vrais que nature, hauts de trois mètres, petits et grands croisent ceux qui chevauchent des fourmis, des mantes religieuses et des poissons fossiles. Tout ce petit monde se jauge du regard. C’est à qui saura le mieux découvrir les secrets des manettes pour hisser la tête de son animal, faire rouler ses gros yeux, secouer sa queue, allumer ses cadrans … Comme les bovidés et les insectes tournent sur des plateaux en sens contraire, les vitesses s’additionnent et les 49 passagers ont l’impression d’aller très vite. Devant ce bestiaire fantastique, mélange d’Alien et de Jules Verne, les badauds scotchés derrière les balustrades n’en croient pas leurs yeux. Ni leurs oreilles. Au lieu de la musique criarde habituelle, on entend des morceaux envoutant à base de cordes et joliment baptisés Conversation au volant d’un poisson ou La Nouba des doryphores.

Ce manège à la fois démesuré et génial, on peut le voir à Sénart, sur un espace carré bordé de canaux et de roseraies, juste derrière le centre commercial sorti au milieu de nulle part en 2002. Aussi large qu’un terrain de foot, aussi haut qu’un immeuble de cinq étages, il a été imaginé par François Delarozière, le constructeur, dessinateur et animateur de Machines géantes de la compagnie Royal de Luxe. « Petit, j’ai passé beaucoup de vacances dans le Berry. J’ai imaginé des scènes agraires peuplées de buffles. Puis, j’ai pensé que ce plateau avait été recouvert d ‘eau à une époque lointaine. Les buffles ont déterré des têtes de poissons et réveillé tout un monde d’insectes exrraordinaires.»

Fabriquée à Nantes dans les ateliers de La Machine, l’association de François Delarozière, cette œuvre d’art a coûté 1,5 million d’euros. Elle a été financée à parts égales par le SAN, (Syndicat agglomération nouvelle) qui regroupe les communes de Sénart, l’établissement public d’aménagement et le spécialiste des centres commerciaux Unibail-Rodamco. Les recettes viendront de la billetterie et des loyers versés par les grandes villes où s’installera le manège quelques mois par an.

Une vitrine d‘exception

Alléchées par la notoriété internationale de François Delarozière, Anvers et Madrid ont déjà réservé. Pour ces municipalités, ce manège est une vitrine d’exception exactement comme le sont les grands spectacles de Royal de Luxe. Et peu importé si François Delarozière s’est récemment séparé de cette compagnie devenue une PME artistique au financement rodé. Pour Sénart , « ce manège est notre ambassadeur. Il va nous aider il amener des entreprises Notre but est de créer 10000 emplois», explique Jean-Jacques Fournier, président du SAN. Sur place, le manège est la première pierre d’un centre-ville qui émerge des champs. Au loin, on aperçoit un hôtel, quelques restaurants, les bureaux de PSA Peugeot Citroën, de la Snecma, de BMW. L’été prochain, il y aura des guinguettes le long du canal. Mais pour l’instant , c’est un lieu sans vie. Les 45 000 visiteurs par jour ne sortent pas du centre commercial. « Il faut créer des nouveaux flux», conclut son directeur, Christian Pons, qui espère bien que les familles ont désormais une raison supplémentaire de prolonger leur journée au Carré Sénart.

lefigaro-article-20080722

Article de Lena Lutaud paru dans le Figaro le 22 juillet 2008


REVUE DE PRESSE "Sénart"

logo direct matin le 12 octobre 2008 - Jean-François Caltot

Déjà plus de 12 000 personnes en moins de deux ont « chevauché le dragon » et, à certaines heures, les files d’attente commentent le succès populaire de l’improbable entreprise du Manège Carré. Le public se bouscule au guichet du Manège Carré Au choix, on peut grimper sur des insectes géants sortis du dernier opus d’Alien, d’intrépides […]

lire la suite

logo la croix le 2 août 2008 - Maryline Chaumont

Le Manège original de François Delarozière, installé pour l’été à Sénart, ou la poésie du bizare. C’est un défilé d’insectes aux pattes longilignes, de poissons aux yeux démesurés, d’énormes buffles et de bisons. Ils tournent pour animer le manège Carré Sénart, au son d’une musique créée pour l’occasion. Mais il y a aussi ces grincements, […]

lire la suite

logo le monde le 2 juillet 2008 - Jean-François Caltot

Depuis l’an 2000, la ville nouvelle de Sénart (Seine-et-Marne) fête ses 14 Juillet autour de la célébration de son nouveau centre-ville, le Carré Sénart. Chaque fois un peu plus grandiose, avec ses 30 bons milliers de visiteurs, la fête nationale version Sénart est donc devenue tout simplement la « Fête du Carré ». Rivalisant d’inspiration pour se […]

lire la suite

Logo Libération le 12 juillet 2008 - Claire Fontecave

Insolite. Inauguration ce week-end du Manège carré de François Delarozière. Jeudi, à Sénart, on a présenté l’insolite Manège carré inventé par François Delarozière, constructeur de machines fantastiques en tous genres, célèbre notamment pour son travail avec Royal de luxe. Le plus incroyable dans l’histoire de cette ville en construction, c’est d’avoir pensé à faire d’un […]

lire la suite

logo le moniteur le 28 avril 2008 - Adrien Pouthier

Pour promouvoir son image, la ville nouvelle de Sénart va installer en son centre une oeuvre artistique spectaculaire : le Manège Carré Sénart.  Imaginez un manège de 40 tonnes avec une base carrée de 18 mètres de côté, une superficie de plus de 300 m² et un point culminant à près de 14 mètres. Vingt […]

lire la suite

AUTOUR DE Sénart

Inauguration à Sénart en 2008 Sénart 2008

Le Manège est prêt à recevoir ses premiers passagers à Sénart. Mais avant cela, l’inauguration à lieu en présence de l’artiste, des trois financeurs, du commanditaire et du graphiste auteur des illustrations qui ornent le manège.  

lire la suite